Rechercher
  • @margaux.coaching

Je mange mes émotions, comment faire?

Voilà une question qui me revient sans cesse en coaching.


"Margaux, quand je m'ennuie, quand je stresse, quand mon copain me répond pas, je mange… Et aussi quand j'ai rien à faire ou quand justement j'ai trop de choses à faire" Ce sujet revient tellement dans mes séances de coaching, il fallait que je t'en parle. Il y a des situations plus ou moins graves évidemment, je rappelle que les troubles alimentaires sont du registre de la maladie et non de la volonté ;). J'ai moi-même vécu une période d’anorexie, puis boulimie non vomitive et j’ai eu de l’hyperphagie.


Si ces termes te sont inconnus, t’inquiètes on en reparlera dans un prochain article ou podcast (Margaux Coaching sur casiment toutes les plateformes!) Peut-être qu’aujourd’hui, tu manges dès que tu te sens pas bien, tu as l'impression de perdre le contrôle ... ou peut-être que tu manges juste parce que « ça te fait du bien » et que tu culpabilises. La première chose que j’ai envie de te dire, c’est d'accueillir cette culpabilité, d'essayer de la comprendre... un peu comme si tu étais ta meilleure amie. Bon je sais, c'est facile à dire. Perso, il m’arrive même de manger ma joie : été, amis, il fait beau, y a du monde, je n’ai absolument pas faim mais je prend une glace. Au moment où je la prend, je sais que je n’en ai pas réellement envie et je ne suis pas vraiment satisfaite en la mangeant ni après l’avoir mangé. C’est ok, y a rien de dramatique (et surtout pas d’aliments à diabolir, le but c’est plutôt que tu te focalises pas TROP sur la nourriture) : EXERCICE COACHING : J’observe mon ressenti : ai-je faim ? .... Pourquoi je veux manger ? .... Est-ce que c’est pour m’intégrer / être bien dans un groupe? Est-ce que c'est pour repousser autre chose ? Ai-je vraiment envie de cet aliment ? Si c’est un oui, une envie (même une envie de plaisir réel : OK ! Mais no culpabilité ensuite aha) Si c’est un non, pour ma part, j’ai appris à laisser passer, à me dire : et si je la mange pas là, ça fait quoi ? ... Attention, à ne pas confondre avec repousser son envie par peur de grossir / par des pensées d'interdiction. Je t'explique juste après. Car en coaching, j'ai pu observer certaines croyances : "si je refuse la nourriture qu’on me propose, c’est mal élevé" "je suis obligée de finir mon assiette, d’autres gens manquent de nourriture…" "il faut surtout pas manger ça // il faut éliminer demain, etc etc." Avec la techique de t’observer et de te poser cette question : "Si je n'ai pas envie, pourquoi manger?" Pour ma part, j’ai appris à laisser passer, à me dire : et si je mange pas là... que je fais un truc qui me plaît à la place, ça fait quoi ? (à ne pas utiliser pour se restreindre non plus!) J’ai aussi appris à demander à emporter ce qu’il reste au restaurant, à mettre dans une boîte. Ca semble tout simple (pour une personne qui mange normalement sans y réfléchir) mais je ne savais pas m’arrêter à ma faim et je ne laissais jamais aucun gâteau dans un paquet. Pour moi, le moment d’arrêt c’était d’avoir le ventre trop plein, me sentir même mal voir avoir des nausées. Alors j’ai aussi eu du mal à repérer ma satiété au fil du temps, à sentir quand je n'ai plus faim. Et toi, est-ce que tu ressens ta satiété ? J’ai accompagné une femme en coaching qui avait des compulsions alimentaires et qui s’interdisait certains aliments. Elle a pu observer ses crises diminuer (voir totalement disparaître) simplement en arrêtant de se restreindre et en mettant moins son focus sur « la semaine parfaite de nourriture » « bien manger » « manger que tel aliment que en une fois » « manger qu’une cuillère ».



Alors attention, je ne dis pas que c’est la technique miracle, chaque personne est unique. Mais comme premiers exercices, je peux te proposer

- de te mettre à l’écoute de ton envie / ou non-envie - d’observer ces « pensées restrictives » - de regarder comment pensent les personnes qui mangent à leur faim.

Avant, voilà à quoi ressemblait ma vie : me lever et direct me regarder dans la glace.

Scruter chaque moindre détail (cellulite, plis, bosse sur le nez, cuisses qui se touchent, ventre gonflé… Et surtout, me peser 6 fois par jour.


J’ai perdu énormément de poids rapidement, pour remonter et finir par faire du yoyo. S’il y a bien deux choses que j'ai compris durant ma guérison (mais je te parle de mon histoire) :

- me restreindre, me contrôler m'a TOUJOURS menée à manger d'autant plus. - me regarder toute la journée, me peser, renforçait ma peur de grossir.

- analyser "pourquoi" je mange m'a appris à répondre autrement à mes besoins que par la nourriture (et à les connaître !)

Et si je mange « trop »… je dramatise plus !

Si cet article t’a aidé, n’hésite pas à le partager autour de toi, ou à laisser un commentaire, j'aime toujours connaître ce que ça a pu créer chez toi. Si tu souhaites te faire accompagner sur cette problématique, voir si nous pouvons travailler ensemble, tu peux réserver ta séance gratuite de 20-30 minutes juste ici. Retrouve moi sur Instagram @margaux.coaching , Spotify , Podcast Addict et Youtube... sous le nom Margaux Coaching , Hypersensible & Hyper Sereine !


#mangersesémotions #hypersensible #hyperémotivité #nourritureémotionnelle #émotions #gérersesémotions #margauxcoaching #hautpotentiel #hyperphagie #pertedepoids #régime

299 vues